Accueil Boucau (64340) Georges LASSALLE (1901-1944), ancien maire

 
Né le 28 mars 1901 à Saint-Paul-lès-Dax (Landes), fils d'un ouvrier métallurgiste, Georges LASSALLE entra en apprentissage aux Forges de l'Adour et devint ouvrier mouleur. En 1922, il adhéra au Parti communiste et l'année suivante au syndicat C.G.T.U. des ouvriers métallurgistes de Boucau dont il fut un temps le trésorier et jusqu'en 1929 le secrétaire. « Dévoué et consciencieux » estimait le préfet des Landes qui ajoutait dans un rapport de 1928 : « Il s'est imposé à l'attention de ses camarades par son acharnement à travailler pour s'instruire. Syndicaliste militant et propagandiste de réelle valeur, il a l'esprit de classe mais il reste toujours calme et mesuré dans ses propos ». Le syndicat très affaibli par l'échec des grèves de 1920, retrouva, sous sa direction, puissance et audience : il groupait plus de 1 000 cotisants sur les 1 600 ouvriers de l'entreprise.

Lorsque fut constituée la 12e Région unitaire en juin 1926, Georges LASSALLE fut élu membre de la commission exécutive puis secrétaire adjoint en 1930. Après 1927, il siégea au comité régional communiste de la Région pyrénéenne. Le Parti communiste le présenta aux élections législatives du 22 avril 1928 dans la 2e circonscription de Mont-de-Marsan (Landes) : il recueillit 833 voix, soit 6 % des suffrages exprimés. La direction des Forges de l'Adour le renvoya pour faits de grève en 1929. La même année, il fut élu conseiller municipal avant d'être, le 12 juillet 1930, maire de Boucau en remplacement de Maurice PERSE qui avait été révoqué en raison des incidents provoqués par les grèves de mai-juin. Georges LASSALLE fut lui-même condamné à un mois de prison avec sursis « pour provocation de militaires à la désobéissance » et suspendu pendant un mois de ses fonctions de maire par arrêté préfectoral d'octobre 1930. Il se présenta aux élections législatives du 1er mai 1932 dans la 2e circonscription de Mont-de-Marsan (Landes) et obtint 515 voix (5 % des suffrages exprimés.)

Devenu représentant de commerce à la maison Singer et « employé consciencieux » selon le préfet, il ne fit plus parler de lui entre 1932 et 1936. On le retrouve à cette dernière date dans les Hautes-Pyrénées. Candidat aux élections législatives d'avril 1936 dans la circonscription d'Argelès-Gazost, il recueillit 539 voix (4,7 % des suffrages exprimés). Il fut de 1937 à 1939 secrétaire de la Région communiste qui avait son siège à Tarbes.

 

Démobilisé le 17 juillet 1940, il fut arrêté à Tarbes le 8 Novembre 1940 avec d'autres militants communistes (Marcel BIARD, André CHASTELLAIN, Raymond PEYRÈS,...) et interné au camp de Gurs (Basses Pyrénées). Il s'évada en gare de Toulouse, lors de son transfert vers le camp de Nexon (Haute-Vienne) le 31 décembre 1940.
Entré dans la clandestinité, il participera à l'organisation de la Résistance dans les régions de Perpignan, Lyon, du Centre de la France. Arrêté à Limoges au mois de Mars 1944, il sera fusillé par les Nazis le 26 Mars 1944 à Brantôme (Dordogne).

Georges LASSALLE s'est marié le 7 juillet 1922 au Boucau (Basses-Pyrénées). Il était le beau-frère de Raymond GLIZE.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13013. -- Arch. PPo., carton 88. -- Arch. Dép. Landes, 3 M 180 et 181, 5 M 170. -- L'Étincelle. -- Almanach du Parti communiste, 1939. -- G. Lachapelle, Les élections législatives, op. cit. -- A. Moine, Déportation et Résistance en Afrique du Nord, op. cit. -- J. Duclos, Mémoires, t. 3, p. 157, op. cit.

Notice de M. J.-P. Paul-Dejean, J. Maitron et Cl. Pennetier ; extraite du Dictionnaire Biographique du Mouvement Ouvrier, Editions de l'Atelier, Paris, 1964-1998.
http://www.histoiresocialedeslandes.org/bio_lassalle_win.asp


La rue Georges LASSALLE au Boucau (64340) et Tarnos (40)


Mes liens de parenté avec Georges LASSALLE